AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Codes de présentation

 :: Personnage :: Présentations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 28 Déc - 20:30

La présentation


 
Comme sur n'importe quel forum, vous avez un code de présentation de base pour construire votre personnage. Celui-ci est un modèle basique où vous pouvez le modifier à votre guise. Il n'est pas obligatoire de l'utiliser, vous pouvez mettre le code que vous voulez. Bon courage !


Code:
<div class="al"><div class="alph"><div class="allph"><div class="alph3"><div class="al3">[i]Orihara Izaya ; DRRR[/i]
[b]Bolton[/b]. Automatiquement, on pense à cette famille de [b]sang-purs[/b] très conservateurs. Mais toi, tu sors du lot du haut des tes [b]seize ans[/b]. Parce que toi, tu es dans la maison [b]Gryffondor[/b] au lieu de perpétuer cette continuité, tu la brises en coupant le maillon d'une chaîne considérée sans fin de Serpentards. Tu leur ferait presque honte. Ultime héritier des Bolton, ton patronus est majestueux, à leur image, mais surtout à la tienne, un grand [b]oiseau-tonnerre[/b] sort de ta baguette dans un éclat lumineux. Tu as [b]peur de te noyer[/b], alors quand un épouvantard se dresse sur ton chemin, il t'enferme dans une cage en verre, il t’inonde et tu étouffes. Toute ta poitrine se comprime, te donnant la sensation de vouloir vomir tes tripes. Une agréable odeur de [b]bois vernis[/b], de [b]parchemin[/b] et de [b]whisky[/b] pur feu se dégage au-dessus de ton nez lorsque tu t'avances vers un chaudron remplit d'[b]amortencia[/b].</div></div><div class="alph4"><div class="al3">Ta [b]baguette[/b] reflète ton caractère, [b]grande[/b] et [b]fine[/b]. Sa [b]flexibilité[/b] est un avantage, dans un bois de [b]houx[/b] et une [b]plume d'oiseau-tonnerre[/b] en son sein.
On dit que tu adores la [b]Botanique[/b] et les [b]Sortilèges[/b]. C'est vrai, Vivian. Les plantes sont un exutoire, tu aimes les voir grandir, tu aimes en prendre soin. Dans la foulée, tu voles quelques plantes, parce que ça peut rapporter, tu revends pour ces potionnistes d'avant-garde qui veulent s'essayer à de nouvelles choses. Derrière leur dos, tu te complais à ricaner derrière ta barbe inexistante.
Il y a quelque chose dans les sortilèges qui t'attire, comme l'ouroboros qui mord sa queue ça t'entraîne à te perfectionner. Tu papillonnes autour de la lumière, fin duelliste au désir fugace. Tes gênes de sorcier te rattrapent, s'enchaînent à toi. Car les Bolton sont doués en Sortilèges.
</div></div></div><div class="alph1"><img src="http://image.noelshack.com/fichiers/2017/02/1484415179-01.png"/></div><div class="alph2"><img src="http://image.noelshack.com/fichiers/2017/02/1484415182-02.png"/></div></div><div class="alphn">
VIVIAN RHEON BOLTON</div><div class="alphc">Bad boys ain't no good but good boys ain't no fun</div><div class="al5"><div class="al5p">Caractère</div><img src="http://image.noelshack.com/fichiers/2017/02/1484416136-03.png"/></div><div class="al6">Dans un nuage de fumée, tu apparais. Une silhouette élancée qui paraît fade dans cet amas d'élèves qui circulent dans ce vaste château. Une chimère, qui vit dans un autre monde, qui marche sur un fil au-dessus du vide. Dans ce cortège funeste, ton regard nonchalant se perd, il se vide. Tu pourrais emporter avec toi ton âme, dévoré par ce trou noir au milieu de ton estomac, qui aspire la lumière. Qui [i]les[/i] aspire.

Parce que tu peux être d'une vulgarité qui se prononce, qui se perd. Ta voix claque, comme une épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes, tu les percute avec ce venin qui se glisse sur les plaies encore fraîches des plus malchanceux. Tes relations sont souvent bien trop toxiques, les entraînant avec toi dans un jeu néfaste. Tu traces avec eux une ambiguïté qui les fait fléchir, mais de laquelle ils n'en ressortent pas toujours aussi indemnes qu'ils le pensent.

Une bête noire se hisse au-dessus de tes épaules Vivian. Parce que ta condition d'héritier te pourchasse, Vivian. Parfois, il t'arrive de te demander si tu n'as pas été adopté, car tes yeux ne reflètent pas cet esprit de conservation. Leurs principes diffèrent des tiens et cela rend les relations d'une déviance quasiment violente. Les opinions divergent, ils se confrontent et explosent entre les murs. Pourtant, tu restes un Bolton. D'une arrogance qui refait surface, enfouie dans le fond de tes tripes.

Derrière leur dos, tes pêchés s'entassent les uns sur les autres et si ils savaient ils en deviendraient rouges de honte. Ils renieraient ton être entier, ils te laisserait croupir avec les rats dans le caniveau. Tu aimes la fourberie, celle qui te dresse devant les responsabilités que tu chasses d'un long soupir brûlant, grand aventurier avide de découvertes, avide de sensations fortes qui fait monter l'adrénaline. Pernicieux jusqu'au bout de tes ongles qui s'agrippent à la chair, tu n'es qu'un doux murmure qui empoisonne lentement, bâti d'une forteresse dorée qui emmure vivant.

Dans tes veines coule le long sillon d'un jeune rebelle, qui préfère s'envoyer en l'air au bout d'un mégot, ta vie volatile gâchée par la fumée nocive du tabac qui s'infiltre dans tes bronches. Celui qui aime les coups bas, qui préfère être le spectateur de l'écroulement du monde, du haut de ta tour d'ivoire. On dit pourtant que tu arpentes une armure de chevalier pour défendre ceux que tu veux protéger. Car ta dévotion est sans limite.

Dans ton cœur qui se gonfle, il y a cette lumière qui t'abrite, brûlante qui annihile parfois toutes les ténèbres qui suintent de tes pores, lavant tes offenses comme la rédemption qui purge chacun de tes pas qui s'écrasent, faisant trembler les fondations qui se fissurent en toi. Comme la tempête qui te guette, prête à te sauter dessus afin de se resserrer autour de ton cou, tes coups de respiration violentes et désordonnées, tu t'expies grâce à ta toison chaleureuse qui attire inexorablement. Et toi Rheon, tu as besoin de graviter autour d'un astre, planète sèche et désolée. Tu aimes briller par la force d'une autre source de lumière, pauvre ombre qui erre.

Tu récoltes toujours ce que tu sèmes.

Tes efforts sont toujours récompensés. Ta volonté s'enracine et grandit, rien ne te fait face au hasard, tes peurs sont chassées, rangées dans un tiroir bouclé à double tours ; tu es transparent. Trop conciliant. Trop contradictoire. Tu incites la controverse tandis que ton honnêteté renverse l'hypocrisie, toi qui prône la sincérité. Dans ton venin craché, les mots se tracent avec voracité en détruisant d'une main le masque qui se dresse devant toi. Tu en payeras les pots cassés. La vérité est acerbe et tu en est totalement conscient. Tu peux tout assumer. Tu peux tout encaisser.
</div><div class="al5"><div class="al5p">Histoire</div><img src="http://image.noelshack.com/fichiers/2017/02/1484416139-04.png"/></div><div class="al6">Bolton. Cela revient sans cesse, famille de grands influents. Tu viens de cette famille d'américains originaires de New York, une famille qui investit dans l'avenir resplendissant d'un état magique vaste. Pour toi, ce ne sont que des silhouettes. Des fantômes. Tu fais partie de ces fantômes, coincé dans un cercle qui se replie sur toi. Ton père ne se fait pas souvent remarquer bien que tu puisses le respecter. Cet homme que tu connais d'un regard à peine posé sur toi et ta frêle silhouette de gosse au teint pâle. Tes traits se calquent sur ta mère, une belle anglaise élancée aux gestes gracieux.

Effleurant ta petite innocence, tu te complais à écouter cette femme qui t'a donné vie un froid matin d'hiver jouer du piano. Ses doigts fins et parfaitement manucurés frôlent à peine les touches, tandis que tu l'observes avec de grands yeux. Tes iris claires se dévoilent à elle, un regard qui se tord dans un contraste émotionnel, un ouragan d'amour submersible qui t'emporte dans le vent de la mélodie qu'elle compose. Elle t'offre cette fraîcheur, une bouffée qui gonfle tes poumons tandis que ton cœur explose dans ses spasmes. Ça se loge là, au fond de tes tripes, ça se tord en nouant ton ventre. Tu [b]aimes[/b] ta mère. Ta magnifique mère. Elle peut sonder ton âme, lire en toi comme dans un livre ouvert. Tu n'as aucun secret pour elle.

Ton cercle social est restreint, entre tes cousins et cousines qui tournent autour de toi et s'émerveillent devant ton air insouciant qui les caresse, longeant leurs courbes, leurs traits si familiers. Tu te tournes vers tes parents qui te regarde fièrement, car leur plus précieux des trésors, c'est toi. Ta voix est scellée, tu n'es qu'un petit enfant, mais tu as compris qu'ici, tu es le dernier de la branche principale de cette grande famille de sang-purs.

Alors en grandissant, tu vas apprendre à devenir un véritable héritier. Ce sera difficile, tu le sais. Mais tu ne dois pas faiblir. À chaque coups bas, tu vas te relever plus fort, plus grand encore. Et ton père sera de plus en plus présent, il t'offrira de rares sourires qui éclaireront son visage ridé, vestiges de la quarantaine, vestiges d'une vie qui s'est acharnée sur lui. Le poids d'être un enfant parfait. Tu oses le toiser, parcourant les sillons de ses rides en prenant conscience qu'un jour, tu auras à transporter  ce poids sur les épaules à ton tour, le traînant à l'allure d'un cheval de trait, tes pieds enfoncés dans la terre, traçant des tranchées derrière ton sillage.

Tu iras à Ilvermorny lorsque tu auras l'âge. Tu te retrouveras dans la maison Serpent et tu pourras te parfaire dans le monde magique, découvrir de nouvelles choses, expérimenter. Grandir. Tu en retirera toujours quelque chose de positif. Et puis tu vas adopter ton propre comportement. Tu vas pousser les choses plus loin, le vice se traînant à tes pieds, pour t'envelopper de son voile. Tu vas vivre, comme si pour la première fois de ta vie, tu pousseras ton premier soupir qui brûlera les lèvres. Ton comportement indécent laissera des cadavres derrière tes empreintes. Tu ne seras plus qu'un amer arrière-goût de fer, ton nom sifflé avec leurs lèvres vengeresses qui s'abatteront sur les tiennes avec rage. Tu les soulagera lorsque tu devras partir pour l'Angleterre, la cause restant les affaires de la famille dans l'international.

Tu iras à Poudlard, qui te semblera différente dans sa culture et son mode de vie, mais tu t'y habituera rapidement. Tu seras ratrappé par ton ombre, s'enroulant autour de toi, te traînant dans les abysses si tentatrices. Toujours plus bas.
Toujours plus profond.
</div><div class="alphn">
DASHKARII</div><div class="al7"><div class="al9"><img src="http://image.noelshack.com/fichiers/2017/02/1484416299-05.png"/></div><div class="al8">slt vou senté bon alors je suis venu. Je risque d'être busy, je passe pas régulièrement pck je suis sur bcp de forums. G vu votre code, [color=#FF0000]wsh arrête de faire ton thug un peu jeune freluquet des familles - OK par Regulus[/color] d'ailleurs. Allez bisous, jvous bz avec du love.</div></div><br></div><div class="cred">© ASHLING</div>


Reine des fées
avatar
Parchemins : 77
Inscrit(e) depuis le : 15/07/2014
Voir le profil de l'utilisateur http://thundelarra.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Thundelarra :: Personnage :: Présentations-